Brexit – Vacances et ski – rien ne sera plus comme avant !

  • Follow Me on Pinterest
  • SumoMe
  • Follow Me on Pinterest

Un choc, une déflagration, un cataclysme, pour le référendum du 23 juin 2016, 17.410.742 (51,9%) des résidents du Royaume-Uni ont voté pour quitter l’UE, tandis que 16.141.241 (48,1%) ont voté pour y rester.

brexit

Au plus tard dans les 2 ans, après l’annonce officielle au parlement européen de la décision du peuple britannique, le Royaume-Uni devra quitter l’Union.

Selon la note du Global Counsel « BREXIT: the impact on the UK and the EU » de juin 2015, l’impact du Brexit à travers le commerce et l’investissement sera très grave, négatif et significatif, mais difficile cependant à quantifier.

Pour l’industrie du voyage, le Brexit aura de sérieuses conséquences.

Les Passeports et les cartes d’assurance santé européenne vont changer dès le départ des Britanniques de l’UE. Un visa pour passer une frontière européenne sera nécessaire.

La sortie de la Grande Bretagne de l’UE impactera le pouvoir d’achat des sujets de sa Majesté, une Livre Sterling dévaluée aura une incidence sur le prix des vacances à l’étranger, des repas, des boissons ou des forfaits de ski. De 1,42 € pour une Livre Sterling en novembre 2015, la parité Euro Livre est tombée à 1,23 € pour 1 £ au 24 juin 2016.

Pour Bloomberg, le trajet moyen vers une destination de l’UE d’un voyage de 8 jours pour une famille de 4 personnes dans le cas d’une dépréciation de la Livre de 12 % coûtera un supplément de 230 livres (283,00 €). Alors que 73 % des britanniques skieurs voyagent en avion, le prix du kérozène acheté en dollars fera grimper la note.

La libre circulation des marchandises fera partie elle aussi d’une règlementation négociée avec l’UE.

Au 15 juin 2017, les frais d’itinérance (roaming) permettront à un membre de l’UE de téléphoner au même prix que dans son pays. Pour un britannique ce ne sera pas le cas.

Qu’en sera-t-il des droits des entreprises, quelle que soit la nature de leur activité ou leur forme juridique, qui n’ont pas d’établissement en France ? Quels seront les droits du travail des salariés non membres de l’UE comme les personnels de service de gros chalets savoyards alors que 38 % des vacances des britanniques s’effectuent par l’intermédiaire de tour-opérateurs ? Qu’adviendra-t-il des droits et devoirs des moniteurs de skis Anglais ?

L’Eurostar et Eurotunnel seront-ils rebaptisés ?

Pour l’économie de nos stations et selon l’étude Spyke pour Savoie Mont Blanc Tourisme et France Montagne de janvier 2016, le marché britannique en Savoie Mont Blanc en 2014 se situe à 867700 skieurs. Ces skieurs, pour une durée moyenne de 7 jours dépensent 57 £ par jour et par personne pour les forfaits, la location de skis, les cours de ski et l’hébergement.

Les britanniques pensaient en janvier 2016 à 69 % que l’habitude ski pour les 5 prochaines années ne changerait pas .

Cela c’était avant le Brexit !

Pin on PinterestShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Vous pouvez sauter à la fin et laisser une réponse. Pings ne sont pas autorisés.

Laisser un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.